lesoirimmo

«True mothers»: les liens invisibles de l’adoption au Japon

true mother

J e ne fais pas des films de façon professionnelle. Le cinéma, pour moi, c’est une autre façon de vivre. Ni plus ni moins », déclarait la cinéaste japonaise Naomi Kawase au journal Le Monde en 2007. En 2018, elle nous confiait : «  Je crois au partage des sensibilités, quelle que soit la langue, quelle que soit son origine. Je dirais, en fait, que je fais des films humains.  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct