lesoirimmo

Tunisie: «La tentation de l’homme fort nous pend au nez»

Les forces de sécurité ont dû se déployer entre partisans et adversaires de la décision présidentielle, lundi à Tunis.
Les forces de sécurité ont dû se déployer entre partisans et adversaires de la décision présidentielle, lundi à Tunis. - AFP

Entretien

La Tunisie guette les moindres faits et gestes du président Kaïs Saïed. Dimanche soir, avec la volonté, dit-il, de défaire une crise politique, économique et sanitaire, il a démis de ses fonctions le Premier ministre Hichem Mechihi et suspendu les travaux du parlement. S’agit-il d’un coup d’Etat ? Kaïs Saïed a invoqué la Constitution pour justifier son choix de trancher le nœud gordien du blocage politique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct