lesoirimmo

En Tunisie, un coup d’Etat pour résoudre les problèmes?

Kaïs Saïed s’est assuré le soutien de l’armée, qui l’aide depuis dimanche à bâillonner les institutions.
Kaïs Saïed s’est assuré le soutien de l’armée, qui l’aide depuis dimanche à bâillonner les institutions. - EPA.

Seule rescapée des « printemps arabes » de 2011, unique pays de la région qui maintenait depuis lors – certes dans la douleur – une expérience de transition démocratique, la Tunisie a été le théâtre dimanche soir d’une manœuvre autoritaire menée par Kaïs Saïed, le président de la république. Il a limogé les principaux ministres, a suspendu les travaux du Parlement et s’est arrogé tous les pouvoirs pour 30 jours renouvelables. Le bureau de la chaîne Al-Jazeera, proche des islamistes, a été fermé par la police.

Ancien professeur de droit, Saïed prétend que son initiative ne trahit nullement la Constitution mais de nombreux juristes tunisiens le contestent. Le plus célèbre d’entre eux, le vétéran Yadh Ben Achour, crie ainsi carrément au « coup d’Etat ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct