lesoirimmo

Les quartiers ravagés par les inondations sont souvent les plus pauvres

Pas de doute : la crise météorologique  est aussi une crise  sociale.
Pas de doute : la crise météorologique est aussi une crise sociale. - Dominique Duchesnes.

Le constat est identique dans toute la vallée de la Vesdre : les inondations meurtrières et ravageuses de la mi-juillet ont d’abord frappé les quartiers les plus populaires voire les plus pauvres des villes et communes traversées par les eaux. Ce n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent les lieux : les maisons ouvrières s’alignent le long de l’eau, de Dolhain aux portes de Liège, là où se trouvaient et se trouvent encore les entreprises pourvoyeuses d’emplois, tandis que les « beaux quartiers » ont pris leurs aises sur les collines, à l’abri des flots.

Simplisme digne de la lutte des classes ? Voyez plutôt la carte ci-dessous (les données indiquées concernent le revenu brut annuel). Elle porte sur Verviers, mais d’autres réalisées par le centre d’études d’Ecolo sur base des statistiques officielles montrent le même phénomène.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct