lesoirimmo

Un superflic à la tête de l’Ocam? Ce sera bientôt possible

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, ne souhaite plus réserver la direction de l’Ocam «à un nombre limité de diplômes».
La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, ne souhaite plus réserver la direction de l’Ocam «à un nombre limité de diplômes». - Photo News / Bert Van Den Broucke.

Depuis plusieurs semaines, un seul nom circule dans le monde de la sécurité pour prendre la direction de l’Ocam, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace. Ce nom, c’est celui de Hans Wanderstein. Policier de carrière, passé par toute une série de services d’encadrement à la police fédérale ou au Comité P, il a rejoint le cabinet d’Annelies Verlinden (CD&V) en octobre 2020. Son rôle : chef de cabinet adjoint en charge de la police et de la sécurité.

Selon de nombreuses indiscrétions, M. Wanderstein est le favori pour succéder, en mars 2022, à l’actuel directeur ad interim. Le principal intéressé n’a pas souhaité retourner nos appels, renvoyant vers le porte-parolat de la ministre. Cependant, un obstacle de taille se dresse toujours actuellement sur sa route : selon la loi, ce poste de directeur est réservé à un magistrat.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct