lesoirimmo

Triathlon: le relais mixte belge, 5e aux Jeux, a besoin de renfort

Photonews
Photonews

Comment franchir la dernière marche ? Quelles forces mobiliser pour grimper sur le podium ? Derrière les sourires légitimes, qui ponctuaient la première prestation olympique des Belgian Hammers, c’est l’interrogation qui affleurait, samedi matin à l’Odaiba Marine Park de Tokyo. Cinquième, le relais mixte forgé une belle performance, dans la lignée de celles réussies lors des derniers Mondiaux par exemple (5e place à Hambourg en 2020). Mais la Belgique est à sa place, derrière les grosses cylindrées de la discipline, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la France. Des superpuissances, dont le vivier de recrutement potentiel est forcément bien plus large et profond, ce qui permet aux sélectionneurs respectifs d’effectuer un choix parmi les athlètes en forme, au moment juste. Un luxe que Nick Baelus, Campinois à la tête du team depuis quelques années déjà, ne peut se permettre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct