lesoirimmo

Le Gaume Jazz, c’est cent musiciens de treize nationalités

Vincent Peirani l’accordéoniste à gauche, Emile Parisien le saxophoniste à droite. Un des concerts les plus attendus du Gaume Jazz.
Vincent Peirani l’accordéoniste à gauche, Emile Parisien le saxophoniste à droite. Un des concerts les plus attendus du Gaume Jazz. - J.P. Retel.

Le Gaume Jazz fut, l’année passée, un des rares festivals à s’être tenu. Dans l’observance des critères sanitaires, avec des jauges de 200 personnes. C’était bien agréable, mais un festival comme le Gaume n’a pas vocation à rester aussi intime. On reprend donc cette année avec une 37e édition riche en grands noms et riche en projets, créations, nouveautés. «  Au Gaume, on veut mélanger les jeunes et les stars, précise Jean-Pierre Bissot, son directeur. Et puis sortir des sentiers battus en acceptant une multiplicité d’esthétiques du jazz, découvrir des nouveaux projets, s’ouvrir aux jeunes. Et concilier l’événement de qualité avec l’esprit de la fête au village, on ne veut pas tomber dans le gigantisme. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct