lesoirimmo

L’Allemagne tourne la page Merkel (1/5): Angela l’humaniste

Angela Merkel, fille de pasteur est-allemand, a été sensible à la détresse de ces réfugiés après avoir vécu elle-même un exode permanent dans le pays de sa jeunesse, l’Allemagne de l’Est (RDA).
Angela Merkel, fille de pasteur est-allemand, a été sensible à la détresse de ces réfugiés après avoir vécu elle-même un exode permanent dans le pays de sa jeunesse, l’Allemagne de l’Est (RDA). - EPA/EFE.

L’immigration n’est plus un tabou en Allemagne. C’est une question d’avenir ! Merkel sait que les Allemands sont les habitants les plus âgés de la planète après les Japonais et que le système social est menacé par la démographie vieillissante. Sans l’immigration, la prospérité du pays est menacée à moyen terme. Elle n’a plus peur de le dire à haute voix surtout en présence de l’extrême droite au Bundestag, l’assemblée fédérale. « Nous avons besoin d’étrangers », répète Angela Merkel. Quel contraste avec l’Allemagne des années 90, marquées par la xénophobie, avec des attaques de néo-nazis qui brûlaient des centres de réfugiés sous les applaudissements de la population. « L’Allemagne n’est pas un pays d’immigration », claironnaient encore ses amis conservateurs jusque dans les années 2000.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct