lesoirimmo

Les logements étudiants n’ont pas connu la crise

«Au 24août, le taux de location ou de remplissage atteint les 90%», selon le service communication de l’UCLouvain.
«Au 24août, le taux de location ou de remplissage atteint les 90%», selon le service communication de l’UCLouvain. - LESOIR.

Je sais que je m’y prends en retard, mais avec ce coronavirus, on ne sait jamais. Les cours vont commencer en présentiel, mais après ? Si on repasse en distanciel, j’aurai besoin d’un kot pour être plus à l’aise qu’à la maison. Alors, je fais le tour des agences, mais il n’y a plus grand-chose. Là, je vois 500 euros plus les charges, ou même 850 euros et les charges, ce qui implique de trouver une cokoteuse. Ou alors, la mode, c’est de louer une maison à plusieurs. J’ai reçu une proposition. Il faut analyser la situation. »

Léa prépare sa rentrée. Cette étudiante de l’UCLouvain parcourt les rues de la cité universitaire en trottinette électrique. Ses copines lui ont dit qu’elle a peu de chance, sauf un désistement, de trouver un kot « convenable ». Il est vrai que le secteur n’a pas connu la crise avec le coronavirus et que les étudiants n’ont pas attendu la bonne nouvelle du présentiel pour réserver leur chambre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct