lesoirimmo

Afghanistan: «Les talibans ont protégé le patrimoine dès le premier jour»

A Kaboul, le Bagh-e Babur (XVIe siècle), aussi appelé les jardins de Babur, a été patiemment restauré au début de ce siècle.
A Kaboul, le Bagh-e Babur (XVIe siècle), aussi appelé les jardins de Babur, a été patiemment restauré au début de ce siècle. - AL/Le Soir.

Entretien

Présente sur le terrain depuis bientôt un siècle (1922), la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) a une connaissance rare du patrimoine historique désormais aux mains des talibans. Par leurs chantiers de fouille et l’étude systématiques des images satellites militaires déclassifiées, ses experts ont recensé plus de 5.000 sites et déjà valorisés nombre d’entre eux. Présent sur place pendant dix-sept ans, Philippe Marquis (directeur de la Dafa de 2009 à 2014 et 2018 à ce jour), n’a lâché ses outils de fouille que le matin du 15 août, jour de la chute de Kaboul. Non, il ne craint pas un nouveau massacre statuaire, comme celui des bouddhas de Bamyan. Mais d’autres risques mobilisent les archéologues et les communautés afghanes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct