lesoirimmo

Mikis Theodorakis, la liberté au cœur de ses engagements et de sa musique

Le compositeur grec Mikis Theodorakis devant l’Acropole à Athènes en 2004.
Le compositeur grec Mikis Theodorakis devant l’Acropole à Athènes en 2004. - EPA.

Mikis Theodorakis est le Dieu de la musique grecque. Il incarne le pays, un siècle de la Grèce. Même quand il ne s’agit pas de musique, il est une boussole pour nous. » Tels sont les mots de la grande chanteuse grecque Haris Alexiou. Ils synthétisent, sans aucun doute, ce que représente pour les Grecs cet immense compositeur qui s’est s’éteint, ce jeudi, à l’âge de 96 ans. Ils disent aussi à quel point le parcours de cet homme est une véritable source d’admiration et d’inspiration pour une grande partie des Grecs. Dans le pays, un deuil national de trois jours a été décrété pour la semaine prochaine et sur l’Acropole, la Roche sacrée qui domine Athènes, le drapeau a été mis en berne. Il faut dire que Mikis Theodorakis était, sans doute, l’un des Grecs les plus connus sur la scène internationale tant pour sa musique que pour ses engagements politiques. D’ailleurs, chez lui les deux ne semblent faire qu’un. Il était, peut-être, le dernier héros grec.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct