lesoirimmo

La construction tente de réduire son «turnover» année après année

«Dans le secteur de la construction, on parvient plus ou moins à maintenir un équilibre entre la main-d’œuvre sortante et la main-d’œuvre entrante», souligne Niko Demeester, futur administrateur délégué de la Confédération construction.
«Dans le secteur de la construction, on parvient plus ou moins à maintenir un équilibre entre la main-d’œuvre sortante et la main-d’œuvre entrante», souligne Niko Demeester, futur administrateur délégué de la Confédération construction. - Rémi Wafflart

En souffrance depuis des années, le secteur de la construction voit certains indicateurs évoluer dans le bon sens. La rotation de la main-d’œuvre, par exemple, diminue progressivement : le pourcentage du flux sortant au cours de l’année 2017-2018 s’élevait à 19,4 %.

Il s’agit toutefois d’une amélioration relative au regard du turnover d’autres secteurs d’activité économique. Car si la construction est un meilleur élève que le secteur de l’agriculture, qui caracole en tête des secteurs où le flux sortant de main-d’œuvre est le plus élevé avec un pourcentage 45,5 %, elle fait moins bien que le secteur de la production/distribution d’électricité ou encore que l’enseignement, avec respectivement des pourcentages de 6,9 % et 8,8 % de flux sortant.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct