lesoirimmo

L’US Open a déjà perdu ses reines

Ash Barty menait pourtant 2-6, 6-1, 5-2 contre Shelby Rogers (43e), avant la panne sèche.
Ash Barty menait pourtant 2-6, 6-1, 5-2 contre Shelby Rogers (43e), avant la panne sèche. - EPA

Le tennis féminin qui se tenait si bien à la table des honneurs, lors de ce dernier Grand Chelem de la saison, faisant fi des commentaires sur sa persistante instabilité, a connu une rechute violente ce week-end.

Tenante du titre et toujours 3e joueuse mondiale, Naomi Osaka a sombré corps et âme lors de son 3e tour face à l’étonnante joueuse canadienne, Leylah Fernandez, 18 ans et 73e mondiale ! La Japonaise qu’on croyait partie pour une formidable saison après son succès à l’Open d’Australie, et avec les Jeux de Tokyo en vue, confirme bien que 2021 est devenue son « annus horribilis ». L’énorme pression posée sur les frêles épaules de la sportive la mieux payée de l’histoire a eu raison de son plaisir de jouer, la poussant à un vrai burn out qui l’avait déjà vue claquer la porte à Roland-Garros, puis renoncer à Wimbledon.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct