lesoirimmo

Mort d’une légende: Belmondo était le cinéma français à lui tout seul

10940805-023

Badaboum ! Belmondo, monstre sacré adoré du public, est mort, ce lundi 6 septembre, à 88 ans. Il était un des derniers de la bande du Conservatoire, avec Françoise Fabian, toujours de ce monde. Le voici qui rejoint ses amis Guy Bedos, Jean Rochefort, Philippe Noiret, Annie Girardot, Jean-Pierre Marielle, Jean-Pierre Mocky, Claude Rich pour, on n’en doute pas, profiter des plaisirs de l’existence dans l’au-delà. Une légende disparaît et en même temps elle s’inscrit pour l’éternité dans l’histoire du cinéma français. Bébel s’est emparé du cœur du public avec une mimique et une pirouette et ne l’a jamais lâché pendant plus d’un demi-siècle. Comme le disait Jean Dujardin sur la scène des César en 2017 juste avant de lui remettre un César d’honneur : « Jean-Paul Belmondo est le cinéma français à lui tout seul. La réconciliation de la culture populaire et du cinéma d’auteur. C’est le même homme qui a donné le coup d’envoi de la Nouvelle Vague et joué les guignolos suspendus à un hélicoptère en caleçon. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct