lesoirimmo

Amnesty: les réfugiés syriens qui rentrent au pays risquent torture et disparition

Des Syriens transportent leurs affaires alors qu'ils rentrent en Syrie au poste frontière syro-turc de Bab al-Hawa dans la province d'Idlib, en Syrie, le 23 septembre 2015.
Des Syriens transportent leurs affaires alors qu'ils rentrent en Syrie au poste frontière syro-turc de Bab al-Hawa dans la province d'Idlib, en Syrie, le 23 septembre 2015. - REUTERS.

A l’heure où certains pays européens comme le Danemark ou la Suède veulent renvoyer en Syrie des réfugiés au motif qu’un retour ne serait désormais plus dangereux, Amnesty international diffuse ce jour un rapport de 51 pages qui prouve, maints exemples à l’appui, que de tels retours se transforment souvent en cauchemar – parfois mortel – pour ceux qui les ont tentés. Certes, les combats ont diminué en ampleur dans la très grande partie du pays, mais ce qui menace surtout les réfugiés qui rentrent, c’est la vengeance d’un régime qui ne pardonne rien à ceux qui ont pris le chemin de l’exil.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct