lesoirimmo

Jasmila Žbani à propos de «Quo Vadis, Aïda?»: «Pour raconter cette histoire, j’ai dû mettre mes émotions de côté»

Au centre du film, Jasna Djuricic, qui incarne cette interprète de l’ONU, pont entre les cultures, les perceptions, les enjeux.
Au centre du film, Jasna Djuricic, qui incarne cette interprète de l’ONU, pont entre les cultures, les perceptions, les enjeux. - D.R.

entretien

En juillet 1995, alors que la guerre civile fait rage dans les Balkans, et que forces serbes, croates et bosniaques s’affrontent, plus de 8.000 hommes et adolescents bosniaques sont tués dans la région de Srebrenica, les Serbes de Bosnie-Herzégovine conduisant une campagne de nettoyage ethnique contre les Bosniaques (« musulmans ») de la Bosnie orientale, dont ils avaient en grande partie pris contrôle.

Un massacre qui s’est déroulé sous les yeux des 400 Casques bleus néerlandais de l’ONU, retranchés dans une base militaire. Et une histoire que la réalisatrice bosnienne Jasmila Žbani (Ours d’or à Berlin en 2006 pour Sarajevo, mon amour) a décidé de raconter à travers les yeux d’une traductrice travaillant pour l’ONU.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct