lesoirimmo

Mathieu Amalric à propos de «Serre moi fort»: «Je suis amoureux de mon héroïne car elle invente»

«Vicky m’a visité. J’avais vu Phantom Thread de Anderson quelques mois avant. On a travaillé ensemble et il s’est créé une gémellité entre nous. C’est la première fois que je ne tournais pas avec une amoureuse.»
«Vicky m’a visité. J’avais vu Phantom Thread de Anderson quelques mois avant. On a travaillé ensemble et il s’est créé une gémellité entre nous. C’est la première fois que je ne tournais pas avec une amoureuse.» - D.R.

entretien

Mathieu Amalric, 55 ans, est né comme acteur grâce à Arnaud Desplechin et s’est constitué une belle filmographie éclectique où se côtoient Raoul Ruiz, Otar Iosseliani, les frères Larrieu, Resnais, Polanski, Spielberg et bien d’autres, mais c’est en réalisateur qu’il se rêvait et c’est ainsi qu’il s’épanouit profondément. Il fait le tour de France avec Serre moi fort, son septième film en tant que réalisateur, et est ravi de ce retour à la vie normale car il aime prendre le pouls du public, sentir ses réactions dans une salle obscure, discuter avec lui à la fin de la projection. De passage au Festival de Bruxelles dont son bouleversant Serre moi fort faisait l’ouverture, il a pris le temps de nous parler de ce qu’il considère comme primordial dans son rapport au cinéma : la réalisation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct