lesoirimmo

Attentats de Paris: Salah Abdeslam, le visage du silence

Le portrait de Salah Abdeslam que l’on avait d’abord connu au travers de ce regard fier et soutenu – celui de la photo de son avis de recherche – s’est changé en celui du détenu de Fleury-Mérogis dont des poches ne cessent de se creuser sous les yeux.
Le portrait de Salah Abdeslam que l’on avait d’abord connu au travers de ce regard fier et soutenu – celui de la photo de son avis de recherche – s’est changé en celui du détenu de Fleury-Mérogis dont des poches ne cessent de se creuser sous les yeux. - D.R.

Que pensez-vous d’Abdel Hamid Abaaoud ? »

– « En dehors du djihad, c’est quelqu’un de bien. Maintenant, je ne tolère pas ce qu’il fait. »

Dans son interrogatoire mené par des policiers de la zone Bruxelles-Ouest, le 28 février 2015, celui qui deviendra l’homme le plus recherché d’Europe expliquera avoir perdu le contact avec son ami d’enfance, qui deviendra le visage et cerveau des tueries de masse du 13 novembre de la même année. Alors que depuis fin janvier, des soupçons pèsent déjà sur sa volonté de partir en Syrie, il nie tout en bloc. Ce jour-là, il quitte le commissariat sans être inquiété. Pendant un an, il jouira d’une pleine liberté quand bien même lui et son frère – rentré de Syrie le 7 février – ont déjà bipé à de nombreuses reprises sur les radars de la police fédérale et locale. Entre-temps, durant l’été, le dossier « Abdeslam » sera classé sans suite par le parquet fédéral.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct