lesoirimmo

Trois équipes terrorisent Paris

Le 13 novembre au soir, trois commandos coordonnés attaquent la capitale française. Au Bataclan, la jeunesse est ciblée. Les survivants, comme cet homme couvert de sang, sont marqués à vie.
Le 13 novembre au soir, trois commandos coordonnés attaquent la capitale française. Au Bataclan, la jeunesse est ciblée. Les survivants, comme cet homme couvert de sang, sont marqués à vie. - Philippe Wojazer / Reuters.

A 21 heures, le coup d’envoi du match France – Allemagne est sifflé dans l’enceinte dionysienne. Seize minutes plus tard, un premier terroriste irakien déguisé en supporter allemand se fait exploser près d’une brasserie où un Franco-portugais, Manuel Dias, perd la vie. Prévenu après quelques instants, le président Hollande monte dans le PC de sécurité du Stade de France. A 21h20, le latéral gauche de l’équipe de France Patrice Evra effectue une passe en retrait vers son défenseur. Il se fige un instant et lance un regard interloqué vers les tribunes lorsqu’il entend la seconde détonation. Le second des deux Irakiens, soupçonnés par les services de renseignement français d’avoir été les gardes du corps d’Atar en Syrie, ont lancé la soirée d’horreur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct