lesoirimmo

Attentats du 13 novembre: la justice française au défi de l’exemplarité

Sans haine, sans esprit de revanche, sans approximation ni dérapage: ce n’est qu’ainsi que la France pourra relever le défi de ce procès inédit.
Sans haine, sans esprit de revanche, sans approximation ni dérapage: ce n’est qu’ainsi que la France pourra relever le défi de ce procès inédit. - Belga.

Au procès des attentats commis en France le 13 novembre 2015 dont le coup d’envoi sera donné ce mercredi, tout sera hors-norme. La dimension de la salle spécialement construite au sein du palais de justice historique de Paris (45 mètres de long), le nombre de parties civiles (autour de 1.800), la durée de l’audience (plus de huit mois), l’épaisseur du dossier (53 mètres de haut). Ce gigantisme sera à la hauteur de l’horreur perpétrée il y a près de six ans. Cent trente et une personnes, sans compter les centaines de blessés, avaient trouvé la mort ce soir de tragédie, fauchées dans leur jeunesse (la moyenne d’âge des victimes était de 35 ans) par trois commandos opérant au nom de l’organisation « Etat islamique » dont le califat autoproclamé régnait alors sur la zone irako-syrienne. Ces attentats, des actes de guerre, étaient les plus meurtriers jamais commis sur le sol français.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct