lesoirimmo

Attentats de Paris: «Il n’y a pas de divinité à part Allah», les premiers mots d’Abdeslam à la cour

Le portrait de Salah Abdeslam que l’on avait d’abord connu au travers de ce regard fier et soutenu – celui de la photo de son avis de recherche – s’est changé en celui du détenu de Fleury-Mérogis dont des poches ne cessent de se creuser sous les yeux. - D.R.
Le portrait de Salah Abdeslam que l’on avait d’abord connu au travers de ce regard fier et soutenu – celui de la photo de son avis de recherche – s’est changé en celui du détenu de Fleury-Mérogis dont des poches ne cessent de se creuser sous les yeux. - D.R.

Le principal accusé du procès des attentats du 13-Novembre, Salah Abdeslam, a déclaré mercredi dans ses premiers mots à la Cour qu’il n’y « a pas de divinité à part Allah », alors qu’il était invité à décliner son identité à l’ouverture de l’audience.

« Tout d’abord, je tiens à témoigner qu’il n’y a pas de divinité à part Allah et que Mohamed est son messager », a déclaré le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris, paraphrasant la Chahada, profession de foi islamique.

« On verra ça plus tard », lui a répondu le président Jean-Louis Périès, qui lui a ensuite demandé sa profession.

Debout dans le box, Salah Abdeslam, qui a baissé son masque noir pour s’exprimer, s’est à nouveau penché vers le micro.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct