lesoirimmo

Procès du 13-Novembre: Salah Abdeslam estime que les accusés sont «traités comme des chiens»

Procès du 13-Novembre: Salah Abdeslam estime que les accusés sont «traités comme des chiens»
AFP

On est traités comme des chiens », a lancé mercredi Salah Abdeslam au premier jour du procès devant une cour d’assises spéciale à Paris des attentats perpétrés le 13 novembre 2015 et dont il est le principal accusé.

Peu avant 17h00, alors que la cour procédait depuis près de trois heures à l’appel des parties civiles déjà constituées, le président Jean-Louis Périès a annoncé une suspension de séance après le malaise d’un des accusés, Farid Kharkhach, un des logisticiens présumés des attaques du 13 novembre.

À la reprise, une trentaine de minutes après cet incident, l’un de ses avocats, Albéric de Gayardon, a dénoncé auprès de la cour d’assises spéciale ses conditions de détention et les « fouilles à nu » subies par son client à son arrivée au palais de justice, soulignant son « état dépressif ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct