lesoirimmo

Propos haineux sur le web: trois journées réservées pour un procès atypique

Le procès est historique, puisque l’accusé est le tout premier justiciable belge renvoyé aux assises pour délit de presse sur le web.
Le procès est historique, puisque l’accusé est le tout premier justiciable belge renvoyé aux assises pour délit de presse sur le web. - D.R.

Bonjour, c’est Sami Haenen. Oui, H-A-E-N-E-N. C’est pour vous dire que je quitte le palais de justice, je vais acheter mon ticket de bus et je rentre. » Ce Flémallois de 32 ans est en détention sous bracelet électronique depuis quatre mois, après avoir connu les geôles de Lantin pendant plus de six mois. Ce mercredi matin, il sort du palais de justice de Liège, où se tenait l’audience préliminaire en vue de la cour d’assises devant laquelle il devra répondre, dès le 11 octobre prochain, de menaces d’attentat et d’incitation à la haine et à la violence par le biais de réseaux sociaux. Un procès historique, puisque le trentenaire est le tout premier justiciable belge renvoyé aux assises pour délit de presse sur le web. L’organisation du procès a été pliée en 17 minutes seulement : le premier jour, lecture de l’acte d’accusation, interrogatoire de l’accusé, audition du juge d’instruction et des nombreux policiers qui ont travaillé sur ce dossier. Le lendemain, audition de deux témoins des faits, puis des six témoins de moralité de l’accusé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct