lesoirimmo

Philippe Jaenada: l’Etrangleur n’était peut-être pas l’assassin

Un récit improbable que Philippe Jaenada fait sien. Très fort.
Un récit improbable que Philippe Jaenada fait sien. Très fort. - Pascal Ito.

Philippe Jaenada revisite un fait divers, comme il en a pris l’habitude, dans les grandes largeurs et les moindres détails. Après Sulak, l’histoire d’un gentleman cambrioleur, La petite femelle, à propos de Pauline Dubuisson, meurtrière présumée, et La serpe, portrait d’un acquitté devenu écrivain à succès, il cherche la vérité d’une autre affaire judiciaire dont la conclusion ne le satisfait pas. Au printemps des monstres, ou comment l’assassinat d’un garçon de onze ans en 1964 a envoyé un homme en prison, et pour longtemps. Alors que, et je vais vous le prouver, plaide le romancier avocat devant le jury de lectrices et lecteurs, il n’était pas coupable.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct