lesoirimmo

Les universités se mettent en ordre de marche pour lutter contre le harcèlement

Sur les campus, l’année académique 2020-2021 aura été marquée par une vague de dénonciations d’agressions sexuelles sans précédent.
Sur les campus, l’année académique 2020-2021 aura été marquée par une vague de dénonciations d’agressions sexuelles sans précédent. - Pierre-Yves Thienpont.

Folklore complice, Louvain le porc, Balance ton bro. Sur les campus, l’année académique 2020-2021 aura été marquée par une vague de dénonciations d’agressions sexuelles sans précédent. « Nous en avons assez de ces “incidents”, nous en avons marre d’être violées en rentrant de TD, abusées dans nos cercles, harcelées avenue Paul Héger, et nous sommes fatiguées que notre parole soit discréditée », pouvait-on lire sur les réseaux sociaux. L’anonymat et le contexte bienveillant de certaines plateformes ont facilité la prise de parole des victimes. Plusieurs collectifs féministes ont alors dénoncé « l’inaction des établissements supérieurs ». En ligne de mire : les deux plus grosses universités de la Communauté française, l’UCLouvain et l’ULB. Non pas que l’herbe soit plus verte ailleurs, mais l’importance de leur population a permis de rendre visible un phénomène qui passé généralement sous les radars. Et même les radars de la justice.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct