lesoirimmo

Pourquoi l’horeca manque à ce point de bras

Au resto Le Balmoral à Ixelles, la petite équipe en salle et en cuisine a besoin de quatre renforts que la direction peine à trouver.
Au resto Le Balmoral à Ixelles, la petite équipe en salle et en cuisine a besoin de quatre renforts que la direction peine à trouver. - Roger Milutin.

La scène se déroule un dimanche midi dans le décor fifties du milk-bar ixellois Le Balmoral apprécié d’un public jeune et familial. Un couple de grands-parents s’impatiente gentiment car leur petit-fils a faim. « Son hamburger arrive dans deux minutes », les rassure Pascale Nihoul, patronne des lieux qui s’active entre les fourneaux et la salle. « Il nous manque quelqu’un en cuisine, les commandes prennent plus de temps à sortir ». Sourire un brin gêné de la boss, regard compréhensif des clients qui patientent effectivement davantage que d’ordinaire dans cet établissement à la mécanique pourtant bien huilée depuis tant d’années. « En fait, j’ai besoin en tout de quatre personnes supplémentaires », nous confie Pascale Nihoul. « Trouver de la main-d’œuvre compétente, ça n’a jamais été facile. Mais depuis la crise du covid, c’est devenu bien pire ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct