lesoirimmo

Mourad: «Si la prostitution était un métier en pénurie, on forcerait les gens à le faire?»

Mourad se bat, Mourad se forme, Mourad accepte tous les boulots. Mais il n’y a jamais de CDI à la clé.
Mourad se bat, Mourad se forme, Mourad accepte tous les boulots. Mais il n’y a jamais de CDI à la clé. - D.R.

Mourad a 39 ans, encore l’âge de tous les possibles. Et pourtant, depuis 2017, et son licenciement de Tecnubel (une filiale d’Electrabel), celui qui travaillait à la centrale de Tihange depuis 14 ans, va d’intérim en intérim. « Est-ce que je suis chômeur ou intérimaire ? Je me pose la question tous les jours », dit-il.

Ce père de quatre enfants, qui vit dans le centre de Liège, va frapper aux boîtes d’intérim tous les jours, inlassablement et accepte tout. « Parfois même un travail de quatre heures », dit-il. « Tout est bon à prendre ! a force, la dame de l’intérim, elle me connaît par cœur. Elle sait ce dont je suis capable », continue-t-il. Et pas question de refuser ces intérims, au risque d’être rayé des radars de l’agence. « Tous les matins, je leur téléphone. Toujours très tôt, jamais après 10 heures, car sinon, il n’y a plus de travail. C’est le lundi que ça fonctionne le mieux : le jour où les certificats maladie tombent. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct