lesoirimmo

Les urgences de Marche en danger de fermeture

MARCHE Vivalia

C’est une bombe à retardement qui est allumée depuis quelques mois déjà à l’hôpital Princesse Paola à Marche. Et si elle n’a pas encore totalement fait exploser l’institution, les premières déflagrations la font vaciller. Depuis quelques jours, l’ensemble des urgentistes actifs à Marche sont démissionnaires. Concrètement, les conséquences pourraient être catastrophiques pour l’hôpital mais plus encore pour le patient. D’ici avril, une fois les préavis arrivés à leur terme, c’est tout le service des urgences qui pourrait fermer ses portes. « Si rien ne bouge rapidement, cette fermeture sera inéluctable. Dans vingt jours, le SMUR ne fonctionnera déjà plus à plein régime », confie le médecin urgentiste Pegnyemb, lui-même démissionnaire depuis mars dernier. Il poursuit: « Cela signifie que si un enfant présente une réaction allergique suite à une piqûre de guêpe dans le centre de Marche, il faudra se tourner vers le Namurois. Et on le sait : quand il y a urgence, chaque minute compte. C’est la population entière qui s’apprête à être mise en danger ! »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct