lesoirimmo

L’échec de la guerre au terrorisme

RTXKQYQ
Reuters.

Le 11 septembre 2001, nos vies se sont arrêtées durant ces quelques minutes. Marquées à jamais car New York était une métaphore de la sécurité absolue, évidemment intouchable : dans ce moment terrifiant s’est ancré en nous le sentiment que nous ne serions plus jamais en sécurité nulle part. Nous ne savions pas à quel point nous avions raison. Hasard de calendrier : l’inquiétude suscitée par les mots d’un Salah Abdeslam isolé et emprisonné offre un résumé de l’état du monde vingt ans après le 11-Septembre.

L’échec de la guerre au terrorisme : après 20 ans, l’« avantage » va au mouvement djihadiste international dont la menace conserve sa capacité de nuire. Les deux guerres lancées par les Etats-Unis contre l’Afghanistan et l’Irak ont nourri cet extrémisme bien au-delà, dans toute la région.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct