lesoirimmo

«Lettre de la City»: le cri du cœur de la bête noire des évadés fiscaux

John Christensen, ancien directeur de Tax Justice Network.
John Christensen, ancien directeur de Tax Justice Network. - Capture d’écran France 24

Une silhouette longiligne, l’allure altière, et par instants une insensibilité aux doutes que partagent tous les militants : John Christensen tient à la fois du condottière cromwellien et du moine du Moyen Age. Du premier, il a la passion des combats et l’orgueil. Du second, l’âme contemplative et le goût des efforts infinis. Une dualité qui s’enracine dans une hérédité écartelée entre les brumes londoniennes et le grand air de l’île de Jersey. L’ombre et la lumière. Cette sorte de saint laïque a promené son existence comme un funambule perché sur le fil du rasoir en créant en 2003 le réseau de recherche fiscale Tax Justice Network (TJN) dans une remise de son jardin.

Mais la bête noire des évadés fiscaux n’est pas homme à s’accommoder des luttes de pouvoir sanguinaires qui secouent régulièrement l’univers des ONG.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct