lesoirimmo

Pepinster: pour Christiane Sluse, «il n’a jamais été question que je renonce à ma maison»

Christiane Sluse n’a pas peur de l’avenir, mais elle ne regarde plus la Vesdre de la même façon. «Quelque chose d’anormal s’est passé avec le barrage», estime-t-elle.
Christiane Sluse n’a pas peur de l’avenir, mais elle ne regarde plus la Vesdre de la même façon. «Quelque chose d’anormal s’est passé avec le barrage», estime-t-elle. - Michel Tonneau.

Les quais de Vesdre, à Pepinster, font partie de la vie de Christiane Mathonet-Sluse. Elle y vit depuis 58 ans. D’autres membres de sa famille y sont aussi installés de longue date. Aujourd’hui, ces bords de Vesdre sont défigurés, notamment le quai Ferdinand-Nicolaï où la retraitée de 69 ans a élu domicile au numéro 3, voici 48 ans, en compagnie de son mari aujourd’hui décédé. Des maisons ont disparu, emportées par ce que les riverains appellent « la vague », d’autres sont éventrées ou menacent de s’effondrer. Pourtant, la vie continue. Des grues et pelleteuses témoignent de la poursuite du nettoyage. Chez Christiane, qui refuse de baisser les bras, l’heure est à la reconstruction.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct