lesoirimmo

De la «Super League» au Super PSG: comment le Qatar a délogé la vieille noblesse du football européen

De g. à d.: le recrutement estival du PSG avec Hakimi, Wijnaldum, Donnarumma, Ramos et Messi.
De g. à d.: le recrutement estival du PSG avec Hakimi, Wijnaldum, Donnarumma, Ramos et Messi. - Photo News

La « Super League » n’est pas morte. Elle plane encore dans l’air poussé par le souffle du Real Madrid, du FC Barcelone et de la Juventus. Elle s’est invitée aussi à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour dénoncer le monopole de l’UEFA. La « Super League » pourrait par conséquent refleurir au printemps 2022 quand la CJUE devrait rendre son arrêt, qui pourrait avoir la même portée que l’arrêt Bosman du 15 décembre 1995. Entre-temps, ces mêmes clubs doivent ronger leur frein et regarder le PSG ajuster à sa guise les nouvelles règles du jeu sous l’œil reconnaissant et complaisant d’Aleksandar Ceferin, le nº1 de l’UEFA, pour son nouvel ami, Nasser Al-Khelaïfi, le paladin du « football pour tous », selon les propres mots du Slovène qui trahissent soit son sarcasme soit sa naïveté.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct