lesoirimmo

Les vulnérables parmi les vulnérables: récits de vies esquintées des rescapés du Geo Barents

Au cours des cinq sauvetages réalisés par le Geo Barents, Médecins sans frontières a secouru 322 personnes. 22 nationalités qui ont cohabité dans la plus grande promiscuité pendant une à trois semaines.
Au cours des cinq sauvetages réalisés par le Geo Barents, Médecins sans frontières a secouru 322 personnes. 22 nationalités qui ont cohabité dans la plus grande promiscuité pendant une à trois semaines. - Vincent Haignes.

C’est un drôle d’endroit que le pont d’un bateau lorsqu’il devient un lieu de vie (bricolé) pour des dizaines, des centaines de rescapés. Du genre où l’on passe en quelques minutes d’une discussion passionnée sur le mercato – « Bien sûr que le PSG a les moyens de se payer Messi, mais c’est surtout d’un défenseur qu’ils ont besoin pour l’instant » – à un état des lieux des centres de détention libyens, façon Petit Routard : « Le camp d’Oussama à Zawiya, là, il n’y a pas de torture, juste le manque de nourriture et pas d’accès à l’eau. Celui de Gochayal à Tripoli, par contre… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct