lesoirimmo

«Dune»: Villeneuve et ses prédécesseurs

De l’entreprise démesurée menée par Alejandro Jodorowsky, il reste notamment un riche documentaire (ce qu’on aimerait bien aussi un jour à propos du film de David Lynch). Dans « Jodorowsky’s Dune » , réalisé en 2013 par Frank Pavich, c’est Jodorowsky lui-même qui raconte. A sa manière...
De l’entreprise démesurée menée par Alejandro Jodorowsky, il reste notamment un riche documentaire (ce qu’on aimerait bien aussi un jour à propos du film de David Lynch). Dans « Jodorowsky’s Dune » , réalisé en 2013 par Frank Pavich, c’est Jodorowsky lui-même qui raconte. A sa manière... - DR

Féminisme et religion (Charlotte Rampling est glaçante dans son costume gothico-baroque de révérende mère du Bene Gesserit), héroïsme (Jason Momoa en Duncan Idaho convainc qu’il sait jouer), politique, économie, écologie et autres : à voir sur grand écran, le plus grand possible, tout y est, porté également par un Thimothée Chalamet en Paul Atréides crédible, à la fois fragile et déterminé. Quant aux effets visuels et à la photo de Greig Fraser ( Rogue one, Zero dark thirty ), ils rendent à merveille nombre d’images qu’on pouvait imaginer à la lecture des pages de Frank Herbert, ou en invente d’autres qu’on aurait pu y trouver aussi, des ornithoptères aux moissonneuses (la légèreté des premiers, la masse des secondes), de ces immenses vaisseaux de métal surgissant des vagues océanes de Caladan auxquels répondent les ondulations des dunes du désert d’Arrakis, peuplées de vers monstrueux.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct