lesoirimmo

«J’essaye de mélanger au réel, la fantaisie de l’enfance»

Le Taïwanais Wu Shih-Hung (ici devant l’une de ses fresques) a conquis le jury, par l’originalité de son trait et par le lien qu’il tisse entre l’art occidental et la culture asiatique.
Le Taïwanais Wu Shih-Hung (ici devant l’une de ses fresques) a conquis le jury, par l’originalité de son trait et par le lien qu’il tisse entre l’art occidental et la culture asiatique. - D.R.

Entretien

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct