lesoirimmo

Au Niger, les métastases terroristes menacent toute une région

Des dizaines de milliers d’enfants on dû fuir les violences terroristes: ils se retrouvent privés d’école et entassés dans des camps de déplacés.
Des dizaines de milliers d’enfants on dû fuir les violences terroristes: ils se retrouvent privés d’école et entassés dans des camps de déplacés. - Mamoudou L. Kane / Amnesty International.

Depuis le début de cette année, la région de Tillabéri, dans le sud-ouest du Niger, a subi, surtout dans les zones frontalières avec le Mali et le Burkina Faso, de nombreuses attaques de groupes armés. Actifs là-bas depuis trois ans déjà, ils y multiplient les crimes de guerre.

« Une génération entière de jeunes grandit entourée par la mort et la destruction. Des groupes armés ont attaqué à maintes reprises des écoles et des réserves de nourriture, et ciblent des enfants vulnérables lors de leur recrutement », explique Matt Wells, responsable de la réaction aux crises chez Amnesty International (AI), qui vient de publier le résultat d’un grand travail d’enquête menée sur le terrain, intitulé « Je n’ai plus rien, à part moi-même. » Les répercussions croissantes du conflit sur les enfants dans la région de Tillabéri.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct