lesoirimmo

José Mourinho, un personnage extrême, voire pittoresque dans son élégant désordre

RTXG0D832
Alberto Lingria/Reuters

Mourinho célèbre chaque but comme si c’était lui qui l’avait marqué. » Cette phrase, c’est l’attaquant de l’AS Rome Tammy Abraham qui l’a postée sur son profil Twitter. Non pas dimanche dernier, après la course folle de l’entraîneur portugais en direction de la Curva Sud, à la 91e minute du match AS Rome-Sassuolo. Mais en 2012, après un match de Ligue des champions opposant le Real Madrid à Manchester City. Abraham n’avait alors que 14 ans. Avec la course folle dont il nous a gratifiés dimanche, nous avons peut-être assisté, pour la première fois à Rome, au retour du Mourinho de toujours, un personnage extrême, voire pittoresque dans son élégant désordre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct