lesoirimmo

Le curé ne sonne plus les victoires

DDR
DDR

C’était un des traits folkloriques de Tavullia: à chacune des victoires de l’enfant du pays, le curé transmettait le message à tous ceux et celles qui n’étaient pas au courant via les cloches de son église. Même en pleine nuit à cause du décalage horaire.

Il y a longtemps que les cloches ne retentissent plus: Valentino est à la peine dans le classement et le prêtre est décédé. Mais même si Franco Morbidelli se mettait à s’imposer, rien ne dit que les imposantes messagères en bronze se mettraient à s’agiter.

C’est qu’en Italie aussi, le ‘métier’ de curé ne rencontre plus le succès d’antan.

«Nous avons d’abord eu un prêtre en provenance du Sri Lanka et celui qui veille sur les paroissiens aujourd’hui est d’origine roumaine », nous a expliqué un habitant de Tavullia. «Deux pays où la culture du MotoGP n’existe pas.»

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct