Dopage: être sans concession même si ça fait mal

© EPA
© EPA

La lutte antidopage, après tant de coups bas déjà encaissés, n’a-t-elle pas reçu l’uppercut fatal, cette semaine, avec les aveux au New York Times de l’ancien directeur du laboratoire des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi ? Alors qu’on croyait avoir tout vu en termes d’opération masquée avec l’affaire Armstrong, la mise au jour d’un système bien huilé de trafics d’éprouvettes mis sur pied avec la complicité des services secrets russes pour faire des athlètes (dopés) du cru les seuls vainqueurs de la quinzaine olympique a dépassé tout ce qu’on avait osé imaginer en termes de manipulation, de tricherie et de cynisme. Et du dédain, on est passé au dégoût.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct