Appel contre la censure de passages d’un poème satirique anti-Erdogan

L’humoriste allemand Jan Böhmermann a décidé d’interjeter appel contre la décision du tribunal de grande instance de Hambourg (nord), saisi en référé, de l’interdire de répéter publiquement de larges passages d’un poème satirique insultant le président turc Recep Tayyip Erdogan, a annoncé son avocat mercredi.

La juridiction, qui avait été saisie par le président turc, a «en partie accédé à la requête» qu’il avait présentée, et a «défendu à Böhmermann (l’auteur du poème, NDLR) l’expression de certains passages qui, en raison de leur contenu outrageant et portant atteinte à l’honneur, n’ont pas à être supportés par Erdogan», souligne le tribunal dans un communiqué. Sur les 24 lignes de ce poème dans lequel le président turc était traité de pédophile et de zoophile, seules six subsistent, dans la version annotée par l’ordonnance rendue par le tribunal. L’affaire a empoisonné les relations entre l’Allemagne et la Turquie, partenaire crucial pour tenter de juguler l’afflux de migrants en Europe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct