Constantin Meunier, «Le grisou», 1889

Constantin Meunier, «Le grisou», 1889

Bien qu’ayant étudié la sculpture de 1845 à 1854, Constantin Meunier mène une carrière de peintre, représentant le monde ouvrier et industriel. Il ne revient à la sculpture que vers 1885. En 1887, le lundi 4 mars au soir, un coup de grisou fait plus d’une centaine de victimes au charbonnage de La Boule, en plein Borinage, non loin de Mons. Meunier se rend sur les lieux, vit les suites du désastre. Les dessins qu’il exécute, sur place, l’amènent, les jours suivants, à modeler une première petite maquette. Mais c’est seulement lors de l’Exposition Universelle de Paris, en 1889, qu’il montrera le plâtre du Grisou, ce « groupe d’un drame si simple, d’une mère retrouvant son fils brûlé dans la fosse, et dans son attitude contenue, dans sa maternité silencieuse, sans bras jeté vers le ciel, exprimant toute la douleur populaire », comme l’écrira Verhaeren.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct