Un Diable, un match: Eden Hazard, une action suffit

Un Diable, un match: Eden Hazard, une action suffit

Peut-on considérer une Coupe du Monde réussie quand on fait basculer deux rencontres d’affilée ? Certains ont jugé que oui, d’autres que non. Pourtant, ce jour-là, face à la Russie de Fabio Capello, sans Eden Hazard, la Belgique ne sortait pas indemne du piège russe.

«  Mon bilan de la Coupe du Monde est mitigé  ». L’aveu vient d’Eden Hazard. Au soir du quart de finale face à l’Argentine, la presse belge n’est pas tendre avec son petit génie. «  On en attendait plus. Peut-être un peu trop pour un gamin de 23 ans qui découvre sa première grande compétition internationale  », écrivions-nous.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct