Commission Attentats : «C’est la police fédérale qui devait fermer le métro»

Alain Lefebvre, directeur général du Centre de crise. ©Thierry Roge/Belga.
Alain Lefebvre, directeur général du Centre de crise. ©Thierry Roge/Belga. - Thierry Roge/Belga.

La commission d’enquête sur les attentats du 22 mars poursuit son travail. La séance de ce mercredi laisse un sentiment quelque peu confus, confirmant l’impression des premières semaines. Est-ce le rythme trop soutenu des auditions – les députés ramassent leurs questions, pressés par l’horaire, sans, parfois, aller au bout de leurs interrogations ; en outre, ils reçoivent, en direct, des notes truffées de détails chronologiques ou techniques qu’ils n’ont guère le temps d’examiner ?

Est-ce l’organisation des travaux – on aborde pour l’instant le seul volet « secours » des attentats, ce qui obligera nombre de témoins, également impliqués dans d’autres aspects à revenir ? Est-ce dû au fait que chacun, selon son parti (et donc son intérêt à défendre tel niveau de pouvoir ou telle administration), s’intéresse préférentiellement à certains pans de l’histoire ? Est-ce la complexité institutionnelle belge ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct