Un Diable, un match: Axel Witsel, deux buts pour une mue

Un Diable, un match: Axel Witsel, deux buts pour une mue

Ce soir-là, la Belgique a rendez-vous au stade Ernst Happel. Un nom résonnant encore aux oreilles du peuple belge qui a connu le grand entraîneur autrichien au Club de Bruges et au Standard. Cette enceinte rénovée en 2005 a encore un air désuet. Depuis deux jours, Vienne a pris des accents noir-jaune-rouge. De manière un peu inattendue. «  En se baladant à Vienne la veille et le jour du match, on a directement senti qu’on était à l’aube de quelque chose de nouveau  », explique Manuel Jous, journaliste radio à la RTBF.

Plus de 2.000 supporters belges ont pris la direction de la capitale autrichienne. «  La Belgique attend un gouvernement depuis longtemps mais elle a une équipe nationale  », lance un supporter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct