Un Diable, un match: Radja Nainggolan, l’envolée du Ninja

Un Diable, un match: Radja Nainggolan, l’envolée du Ninja

Ce partage en Bosnie (1-1), le 13 octobre 2014, marque le début de l’ascension du médian de l’AS Roma au sein de l’équipe nationale. Son but sonne également comme une vengeance, lui qui ne faisait pas partie de l’aventure brésilienne.

Certains buts ne valent que pour leur finalité, ils amènent une qualification, une égalisation ou une victoire. D’autres ont un caractère symbolique. Celui de Radja Nainggolan en Bosnie (1-1) entre dans les deux catégories. Sa joie est mesurée et pourtant, on sent qu’il bouillonne intérieurement. Deux mois plus tôt, il était un paria dans cette équipe. Alors que d’aucuns pensaient que son transfert à l’AS Roma lui ouvrait les portes de la Coupe du Monde au Brésil, Marc Wilmots en avait décidé autrement et ne l’avait placé que sur la liste des réservistes. La faute un peu à sa grande gueule, beaucoup à la concurrence à son poste.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct