Piot: «Mon meilleur match en Italie, puis le pire de ma carrière à Anvers!»

Piot: «Mon meilleur match en Italie, puis le pire de ma carrière à Anvers!»

A l’époque, donc, il fallait d’abord terminer en tête de son groupe éliminatoire. Ce qui n’était pas un mince objectif pour les Diables de Raymond Goethals, opposés au Danemark, à l’Ecosse et au Portugal du grand Eusebio, Ballon d’Or en 1965. Mais avec 4 victoires, 1 nul (1-1 à Lisbonne) et 1 défaite (1-0 à Glasgow), la Belgique se qualifiait sans peine pour les quarts de finale, joués par aller-retour. Là, elle devait se farcir la grande Italie vice-championne du monde de Facchetti, Mazzola, Boninsegna et Riva. Mission impossible  ?

Pas avec un Christian Piot qui allait jouer le meilleur match de sa brillante carrière à San Siro, multipliant les arrêts invraisemblables pour préserver le 0-0. On ne cotait pas encore les joueurs, à cette époque, sinon il aurait reçu au moins un 9,5, voire un 10… L’ex-gardien du Standard, âgé aujourd’hui de 68 ans, s’y revoit, en toute modestie :

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct