Une enquête sur les «marchands de doute»

Le numéro un des producteurs de boissons sucrées, Coca-Cola, déploie-t-il des stratégies secrètes pour faire émerger la thèse selon laquelle l’épidémie d’obésité qui frappe le monde est davantage due au manque d’activité physique qu’à un apport excessif de calories, dans lequel les boissons sucrées jouent un rôle essentiel ? C’est la conclusion d’une enquête approfondie du New York Times qui a débusqué la manière dont la firme a subventionné une campagne théoriquement portée par une ONG, la « Global Energy Balance Network ». Une « petite association » dotée de 5 millions de dollars et carrément basée dans les locaux du géant, à Atlanta. De quoi douter de la sincérité de Steven Blair, vice-président de cette association, par ailleurs scientifique reconnu en Caroline du Sud, quand il assure qu’il n’existe « aucune preuve convaincante » que la mauvaise alimentation comme le fast-food, et les boissons qu’on y sert, sont la cause des problèmes de santé comme l’obésité ou le diabète.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct