Quand l’Euro ressemble à l’Eurovision

©Photo News
©Photo News

Retour en France, 18 ans après la génération « black-blanc-beur », on se dit que les coqs auront besoin de leur génération « jeune-jeune-jeune » pour triompher. A coup d’ergots et un peu moins d’ego. Pas question de jeûne. L’appétit vient en… jouant.

Cela dit, cet Euro, on va le savourer à sa juste valeur car ce sera certainement l’un des derniers où le soupçon de priorités sportives restera un critère de participation. 24 qualifiés pour 53 équipes en « éliminatoires ». Au train où ça va, lors des prochaines qualifs, même les derniers de chaque groupe joueront des barrages (en 18 allers-retours entre tous les derniers) pour en arriver à 48 qualifiés. Une sorte d’Euro version Eurovision. UEFA-Fifa même combat. Surtout ne pas prendre le risque que des gros marchés ne participent pas au festin. Cela dit, ça ouvre la porte aux « petits » et ça, on s’en réjouit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct