Dossiers

Les démissions ministérielles en Belgique

Quand on quitte un gouvernement, c’est rarement pour cause de désaccord politique. Le plus souvent, les ministres lâchent prise sous la pression d’un scandale ou d’une affaire les ciblant.

Dossier Johan Vande Lanotte et Stefaan De Clerck

On est en avril 1998. Le gouvernement Dehaene II est aux affaires. Marc Dutroux s’évade du palais de justice de Neufchâteau. Le SP Johan Vande Lanotte, ministre de l’Intérieur, et le CVP Stefaan De Clerck, ministre de la Justice, démissionnent. Ils n’ont commis aucune faute mais l’émotion est trop vive et c’est le raisonnement à l’ancienne : je suis responsable de ce qui se passe dans mon département.

Dossier Jean-Pierre Grafé

A la fin 1996, un certain Olivier Trusgnach accuse Elio Di Rupo (PS) et Jean-Pierre Grafé (PSC) de rapports avec des mineurs. Le propos s’avérera totalement bidon. Sous pression, et pour pouvoir assurer sa défense, Grafé quitte son poste de ministre de l’Enseignement supérieur en décembre 1996.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Accédez à tous les articles en illimité dès 9€ par mois

S'abonner