Vu de Rome: un pays de grandes contradictions

Andrea Bonnani.
Andrea Bonnani. - D.R.

Si vous demandez à soixante millions d’Italiens de définir l’Italie, vous obtiendrez, pour commencer, soixante millions de définitions différentes. Nous sommes un pays d’individualistes. Et ceci est déjà, en soi, une définition. Mais tout le monde ou presque vous dira en tout cas que l’Italie est le plus beau pays du monde et celui où l’on vit le mieux.

Il s’agit d’une conviction profondément ancrée et très répandue, un des rares lieux communs qui unisse la péninsule, des Alpes à la Sicile. Et c’est une conviction évidemment sans fondement. Le classement du tourisme mondial nous place au cinquième rang, derrière la France, les États-Unis, l’Espagne et la Chine. Pour ce qui est de la qualité de vie, nous sommes au vingt-sixième : juste en dessous de la Belgique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct